Calculer sa capacité d’emprunt immobilier : taux, endettement et simulation

capacite emprunts immobiliers

Face à l’investissement immobilier, il est essentiel de calculer sa capacité d’emprunt afin d’anticiper et de sécuriser son projet. Aujourd’hui, découvrons comment évaluer le montant qu’on peut emprunter, le taux appliqué, et les autres variables importantes pour simuler un prêt immobilier avant de passer à l’étape suivante.

Qu’est-ce qu’un calcul de capacité d’emprunt ?

Calculer sa capacité d’emprunt est un processus important qui permet aux personnes intéressées par un projet immobilier de déterminer le montant et la durée de l’emprunt qu’elles peuvent obtenir auprès d’une banque ou d’un courtier. Le calcul consiste à évaluer leurs capacités financières, c’est-à-dire leurs revenus mensuels nets, leurs charges, leurs apports personnels et les frais de notaire associés au projet.

Le but du calcul est d’estimer le taux d’endettement (ou ratio dette/revenu) – c’est-à-dire le pourcentage des revenus mensuels qui seront consacrés à rembourser l’emprunt – et le taux d’intérêt applicable sur ce prêt.

Comment évaluer ses revenus mensuels ?

Le premier pas pour calculer sa capacité d’emprunt est de prendre en compte tous les revenus mensuels réguliers tels que le salaire, les pensions alimentaires et autres prestations sociales, les revenus du travail à temps partiel ou autres sources de revenus réguliers.

Il est également nécessaire d’inclure dans le calcul des prestations financières (ou autres sources de revenus réguliers), telles que les dividendes, les intérêts, et les loyers. Dans certains cas, le montant des aides publiques peut également être pris en compte.

Lisez aussi :   7 diagnostics immobiliers obligatoires pour vendre un bien

Quel est le taux d’intérêt applicable sur un emprunt immobilier ?

Une étude du marché est nécessaire pour estimer un taux d’intérêt raisonnable. Les taux proposés varient souvent en fonction de la durée et du montant de l’emprunt, mais aussi des caractéristiques personnelles et professionnelles de l’emprunteur. Les organismes bancaires proposent le plus souvent des taux fixes ou variables.

Le taux fixe est généralement plus pratique pour prévoir son budget sur le long terme, mais il est soumis à des frais généralement plus élevés. Le taux variable est donc parfois plus intéressant, mais il peut varié avec le temps, et entraîner une hausse brutale des mensualités si le cours des intérêts augmente.

Quelles charges faut-il prendre en compte ?

Une fois que les revenus mensuels sont estimés, il faut intégrer les charges fixes liées au projet immobilier (comme les frais de notaire ou les assurances), ainsi que les charges courantes telles que le loyer et les impôts locaux. Il faut également intégrer le montant des apports personnels et les aides financières.

Le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33% des revenus mensuels, et le montant de l’emprunt ne doit pas être supérieur à 3 fois le revenu annuel.

Comment simuler le coût total du projet immobilier ?

Une fois que vous avez estimé vos revenus mensuels, vos charges et votre taux d’endettement, il est temps de passer à la simulation du coût total du projet immobilier pour un prêt immobilier. Pour cela, vous pouvez utiliser un simulateur en ligne : il est possible de modifier le taux d’intérêt et la durée de remboursement, afin d’estimer le montant des mensualités et le taux effectif global (TEG).

Lisez aussi :   Investissement locatif dans les parkings : les avantages et les risques de l'achat d'un parking en France

Vous pouvez changer les paramètres du calcul à volonté en fonction des différentes offres proposées par les banques ou les courtiers. Une fois que vous aurez trouvé le mode de financement optimal, vous serez alors presque prêt à réaliser votre projet immobilier !

Tous nos articles sur les crédits immobiliers :